Sur le chemin portugais, je me suis sentie guidée, éclairée et protégée. Jamais je ne me suis sentie en danger à marcher seule dans les sentiers…

“J’ai rencontré ma jumelle sur le chemin portugais. Notre équipement était identique, on s’est reconnue par notre drapeau du Canada, notre sac à dos, notre sac de taille, nos vêtements, etc. N., une québécoise, a fait le chemin français il y a 2 ans et s’était équipée à la Tienda. Elle habite maintenant le Manitoba avec son chum (manitobain) qu’elle a rencontré une semaine avant la fin de son chemin. Ils ont décidé de faire le chemin portugais ensemble cette année. Quelle belle histoire!
 
Sur le chemin portugais, je me suis sentie guidée, éclairée et protégée. Jamais je ne me suis sentie en danger à marcher seule dans les sentiers et pourtant, il m’est arrivée de me perdre souvent et d’arriver tard dans les auberges/hôtels.
 
J’ai beaucoup aimé la bienveillance, le respect et la courtoisie des autres pèlerins ainsi que les échanges et rencontres sans oublier les magnifiques paysages. J’ai adoré les sentiers peu fréquentés du Portugal et de la deuxième étape de mon voyage (Santiago, Finisterre et Muxia). J’étais à la recherche de tranquillité et de repos. J’ai aimé reconnecter avec la nature, les oiseaux, les animaux (coqs, chevaux, chiens et chats).
 
Je suis fière d’avoir réaliser un de mes rêves pour mes 50 ans, d’avoir relevé ce défi sportif, d’avoir accepté de vivre une immersion totale au niveau linguistique, car je ne parlais que le français et l’anglais et un peu d’espagnol, mais les mimes et les dessins, c’est international. D’être partie seule et de réaliser que j’ai été capable de me débrouiller, d’être entendue et reçue, même en sortant de ma zone de confort.” 

N.H. (2018)